Les missions de l'association

  • Apporter des conseils auprès de ses adhérents sur le plan de financement de l’équipement numérique ;
  • les accompagner et de les guider dans leurs négociations avec les fournisseurs d’équipement et les sociétés de maintenance inhérente à ces équipements ;
  • Négocier les meilleurs conditions d’obtention de contributions des distributeurs notamment par la signature de contrats avec l’ensemble des distributeurs ;
  • Collecter les contributions numériques de ses membres ;
  • Redistribuer les contributions dans une démarche mutualiste ;
  • Garantir la liberté de programmation des salles de cinéma et de favoriser la diversité culturelle dans la programmation ;
  • Animer entre ses membres la réflexion sur les conditions politiques, économiques, matérielles et humaines de la transition numérique ainsi que sur la pérennisation de l'aide à l'investissement au-delà de la période de déroulement de cette transition ;
  • Réfléchir aux mutations induites par l’arrivée de cette technologie pour proposer des actions et des solutions permettant l’évolution des différents métiers exercés au sein des équipes ;
  • Mettre en place des outils techniques ou informatiques et des actions de formation facilitant les rapports entre exploitants et distributeurs dans l'économie numérique ;
  • Défendre les intérêts de ses adhérents notamment auprès des pouvoirs publics et du médiateur de la république du cinéma pour tout ce qui concerne la transition numérique.


Historique

En janvier 2011, La Ligue de l’Enseignement et le Groupement National des Cinémas de Recherche se sont rapprochés avec l’idée de développer une solution mutualisée pour la transition numérique des cinémas indépendants. Ils ont créé l’association Cinemascop, avec pour objectif de défendre le principe mutualiste et de préserver au mieux le fond de soutien du CNC.

Depuis sa déclaration officielle en janvier 2011, l’association a mené toutes ses actions en ce sens, en accompagnant ses adhérents dans les dossiers de demande d’aides Cinenum, en négociant auprès des distributeurs les modalités de versement des contributions, et en collectant ces contributions pour le compte de ses adhérents.

L’ensemble des contributions collectées est mutualisé par groupe, et depuis janvier 2013, Cinemascop a procédé aux premiers reversements aux adhérents. Fidèle à sa ligne directrice, le calcul de chaque quote-part s’est fait dans un souci d’équité, calculé en fonction de la date d’équipement et du total de l’avance à rembourser. De cette façon, Cinemascop répond à l’exigence d’une entraide concrète entre ses adhérents.

 
Depuis 2012, cinq groupes de collecte ont été validés par le CNC : Le groupe Cinemascop 1 est passé en commission en septembre 2011, le groupe Cinemascop 2 est passé en commission en février 2012, le groupe Cinemascop 3 en septembre 2012, le groupe Cinemascop 4 en février 2013 et enfin, le groupe Cinemascop 5 en juillet 2013. Un sixième groupe a été créé début 2014, Cinemascop 6, qui rassemble tous les cinémas de la Communauté d’agglomération Est Ensemble.


Aujourd’hui, et avec plus de 170 adhérents et 274 écrans, Cinemascop propose une offre au plan national qui défend le principe de mutualisation et les intérêts des salles de cinéma indépendantes. Cinemascop prolonge ainsi, sur l’ensemble du territoire français, les valeurs de ses adhérents en prônant la mutualisation et l’entraide entre les salles de cinéma indépendantes. Ces principes de solidarité restent au service de la diversité culturelle.

 

Fin 2014, Cinemascop a amorcé également une diversification de ses activités, avec le développement d’Indé-CP, une solution alternative et indépendante de transport dématérialisé des films.